Bandeau
Collège Paul Eluard, Vénissieux
Slogan du site

Site du Collège Paul Eluard à Vénissieux

logo article ou rubrique
POCKEMON CREW - LE PROJET ARTISTIQUE ET CULTUREL DE LA CLASSE DE 6EME8

Les 6ème8 ont conclu jeudi 3 juin le projet artistique et culturel qui devait être mené avec 4 représentants de la compagnie des Pockémon Crew et Mmes Joriot (Education musicale), Raba (EPS) et Remion (Mathématiques).

Article mis en ligne le 22 juin 2021

par A. Joriot, J. Remion, Y. Nacrier

Ce projet s’articulait autour du spectacle « Millésime » de la compagnie Pockemon Crew le 15 janvier 2021 au théâtre de Vénissieux.

Projet Création Chorégraphique : 24h d’interventions, réparties entre 2 intervenants. A l’image du spectacle faisant se rapprocher breakdance et danse classique, le projet vise à proposer à un danseur Hip Hop et un danseur contemporain d’intervenir auprès d’une classe et de créer avec eux un enchaînement chorégraphique. Un temps privilégié entre la compagnie et la classe devait aussi être créé afin que les élèves découvrent les coulisses de la création d’un spectacle : ils pouvaient ainsi venir sur un temps de sortie de résidence, échanger avec les danseurs, venir voir le spectacle. Le 17 décembre premier contact avec les danseurs pour préparer les élèves à voir « Millésime » au théâtre. Les ateliers devaient démarrer dans la foulée !

Mais voilà, 2020/2021 ne s’est pas passée comme prévu ! COVID oblige, les annulations s’enchainent. Pour atténuer la déception des élèves et conclure cette année scolaire plus positivement, Flora Nesme en charge du projet pour le théâtre de Vénissieux, organise un temps privilégié de rencontre avec Karim Felouki et Naomi Ikomb, danseurs interprètes de Millésime mais aussi Riyad Fghani (Direction artistique et chorégraphique) et Saïd Farouki (chargé d’administration et de production).

Ce temps de rencontre a lieu jeudi 3 juin 2021 de 14h30 à 16h30 en salle polyvalente au collège. Les élèves visionnent la captation du spectacle « Millésime ». Attentifs et concentrés, ils profitent de cette expérience bien différente de celle du spectacle vivant, mais tout de même très impressionnante.

A l’issue de la vidéo ils expriment leurs émotions et questionnent les artistes. Ce temps d’échange riche leur permet de comprendre le travail des danseurs et des différents intervenants pour la réalisation d’un tel spectacle.

Cette rencontre ne pouvait pas se terminer sans une démonstration spéciale 6e8 de deux des danseurs de la troupe !

Synthèse : Anne Joriot

Photos : Johanne Remion

Prise de notes de la discussion : Yveline Nacrier

Discussion de la classe avec les artistes à l’issue de la vidéo du spectacle Millésime

La classe a aimé.

Il y avait une musique qui rigolait

R : La musique fait partie du spectacle comme les lumières, la danse, les costumes et tout ce que l’on voit sur la scène...cela provoque des émotions qui varient selon le spectateur...les danseurs aussi ressentent différentes émotions surtout selon ce que le public envoie en retour.

Je crois qu’il y avait une histoire imaginée mais j’ai l’impression que vous dansiez n’importe comment. Y avait-il une histoire ?

R : Le spectacle peut avoir l’air décousu comme il y a un mélange de types de danse (Street danse + danse classique fusion des 2) et plein de danseurs et danseuses différents. Chacun son style de vêtement ou de danse mais chacun enrichit la vision d’équipe, cela donne plein de choses différentes à voir et ressentir.

C’est difficile de danser comme vous ?

R : C’est comme pour l’école il faut beaucoup de travail de la persévérance et de la rigueur. Pour un bon niveau de maîtrise il faut un travail quotidien, une bonne alimentation et veiller à la quantité et la qualité de son sommeil.

Y a-t-il eu des ratés des fois quand vous dansez ?

R : Oui, on ne fait pas toujours bien la première fois c’est pour cela que l’entraînement est essentiel : plus on répète moins on fait d’erreurs et puis on apprend beaucoup de ces erreurs.

Il y en a qui se moquent ?

R : Souvent on rit quand on rate, les autres danseurs et danseuses aussi peuvent rire, ça détend et on reprend. On se taquine mais on ne se moque pas vraiment.

Quels sont les styles de danses dans le spectacle ?

R : il y a de la danse contemporaine, de la classique et de la danse hip hop (ici c’est break dance).

Vous travaillez tous les jours ? Vous avez des jours de repos ?

R : Nous travaillons tous les jours : répétitions et les spectacles selon le programme établi par notre manager.

Pour vous il n’y a pas de vacances ?

R : Si selon le planning de tournée et de spectacles. C’est comme pour l’école il y a des périodes de cours et des périodes d’examens, on ne part pas en vacances quand on veut.

Certains riaient de voir les autres danser ?

R : Parfois oui l’essentiel c’est de s’amuser ça sert à ne pas être trop stressé ce qui peut amener à rater un mouvement. Nous aussi nous avons des émotions.

Informations données :

Le spectacle se joue " à vue" : c’est à dire sans pendrillon et il n’y a pas de coulisse. Il n’y a pas de décors, juste la scène, les accessoires, les artistes. On voit tout ce qu’ils font tout le temps. L’objectif est d’éviter la sortie militaire des danseurs et danseuses, de monter qu’il y a une vie autour du spectacle. C’est moins conventionnel, il faut rester vigilant car il peut y avoir des choses de partout cette organisation de la scène ne limite pas le regard.

Pourquoi avoir appelé le spectacle « Millésime » ?

R : Un millésime c’est un vin arrivé à maturité, cela fait penser au parcours des danseurs et danseuses. Les danseurs classiques entrent en école de danse très jeune et suivent un long parcours. Danser à l’Opéra est une consécration, un honneur pour tous. C’est comme un vin qui met des années avant d’arriver à maturité. Pour les danseurs de hip hop c’est encore plus une consécration car au début on ne considérait pas cette danse de rue comme un art.… On dansait dehors sur le parvis de l’Opera... maintenant on danse dedans... le hip hop est reconnu comme un style, un art, cette danse est arrivée à maturité et nous aussi par un parcours particulier avec cette danse hip hop.

Pourquoi mélanger les danses et ne pas faire que du hip hop ?

R : Le mélange c’est pour surprendre chercher l’originalité et séduire tous les publics.

Qui choisit les costumes ?

R : Le chorégraphe, pour des raisons artistiques.

Vous allez revenir travailler avec nous ?

R : Nous travaillerons avec une classe du collège l’an prochain. Si vous voulez apprendre à danser le hip hop venez à Bizzare ! il y a des cours pour débutants. Il y aura aussi des master-class : des cours pour ceux qui dansent déjà et qui veulent encore progresser.

Vous allez nous faire une démonstration ?